Quand faut-il mettre un tampon ?

On va commencer par la base des bases, LE message qu’il faut retenir avant de continuer la lecture de l’article. On insiste… on peut mettre un tampon SI ON EN A ENVIE. Il n’y a aucune obligation pour qu’une personne utilise un tampon comme protection hygiénique. On peut utiliser toute sa vie des serviettes, ou choisir le tampon que périodiquement comme pour le sport. La protection interne reste parmi les moyens les plus utilisés. Pas meilleur, pas moins bien, le tampon demeure une protection hygiénique interne bien pratique.


Quand mettre un tampon : 5 situations de la vie qui méritent qu’on en parle 

Le tampon est une protection hygiénique interne qu’on aime pour son côté pratique. Facile à transporter, une fois mis, c’est comme si de rien n’était ! Dans notre article, nous explorons 5 moments de la vie où on se pose la question de mettre un tampon.

Mettre un tampon pour dormir.

En principe, un tampon bien mis ne se sent pas. On peut bouger librement avec… et pourquoi pas dormir avec son tampon ? Il n’y a aucune contre-indication concernant la santé pour mettre un tampon pendant ses règles, et passer une bonne nuit de sommeil. Seulement, le tampon ne doit être gardé que 3 à 6 heures maximum dans le vagin. C’est une reco valable pour tous les types de protections hygiéniques internes. Autrement, vous risquez de faire stagner du sang trop longtemps et c’est un facteur à risque pour le Syndrome de Choc Toxique. Le SCT reste (extrêmement) rare, mais autant s’en prévenir ! L’alternative au tampon pour les longues nuits réparatrices, c’est la serviette de nuit.

Mettre un tampon pour se baigner : à la piscine ou à la mer...

… dans un étang, ou dans une rivière, ou où vous voulez aussi. 

Encore un mythe plutôt drôle quand on y réfléchit, mais se baigner en mer pendant que l’on a ses règles n’attire pas les requins ! Pour le reste, l’eau a une action de pression qui retient un peu les saignements. C’est un principe de physique, mais ce n’est pas magique non plus.    Pour la baignade, on déconseille les serviettes hygiéniques. Effet serpillière garanti ! Le tampon, c’est top pour la natation pendant ses règles. Pas d’inquiétude, le chlore de l’eau de piscine ne va pas rentrer dans le corps. En revanche, dès la baignade terminée, on enlève le tampon et on en change ! (ou on met une serviette, comme vous voulez)

Mettre un tampon en cas d’extrême urgence.

Se rendre compte que l’on a ses règles à un moment inattendu, ça arrive. Ça fait partie de l’aventure de la vie ! Y’a plus qu’à espérer que le flux ne soit pas trop important. Dès que vous êtes tranquille, il est bien sûr possible de porter un tampon. Mais ce n’est pas parce qu’on est pressé•e ou stressé•e que cela signifie qu’il faut ne pas s’appliquer à la tâche ! On se lave bien les mains avant et après avoir mis le tampon. En plus, le secret d’un tampon bien mis réside dans la détente. Plus on se relaxe, plus il est facile de poser le tampon dans la bonne position du premier coup.

Mettre un tampon quand on est vierge.

On vous annonce tout de suite la couleur : OUI, vous pouvez mettre un tampon en tant que protection hygiénique pendant vos règles si vous êtes vierge, et aussi à tout âge. Vous avez entendu l’inverse, ou même que le fait de mettre un tampon faisait perdre sa virginité ? C’est FAUX. Ça fait du bien de débunker les mythes un peu trop coriaces comme celui-ci. Au passage, les tampons pour jeunes, ça n’existe pas non plus. Pour choisir votre tampon, il y a 3 critères : 

  • la composition (chez Gina c’est bio et certifié GOTS par Écocert <3)
  • la taille qui joue sur la capacité d'absorption
  • avec ou sans applicateur. 

Pour les personnes qui auraient leurs premières règles, les petits formats de tampon sont souvent appréciés. Ça permet de se donner le temps de l’apprivoiser, même si ça peut demander de changer de tampon un peu plus souvent !

Mettre un tampon après un accouchement.

Après l’accouchement, déjà, il faut savoir que l’on n’a pas ses règles tout de suite. Ce sont les hormones qui sont aux commandes, et on ne niera pas qu’elles ont bien bossé ! Une fois bébé arrivé, une personne qui ne pratique pas l’allaitement met environ 6 à 8 semaines avant de retrouver un cycle menstruel. Si c’est plus long ou plus court, #nopanic ! Chacun•e son rythme. Pour le coup, c’est le corps qui décide et on n’en peut pas aller plus vite que la musique. Et pour quelqu’un qui allaite ? Quand on donne le sein pour nourrir bébé, les taux d'oestrogènes et de progestérones sont bas. Généralement, le cycle (et les règles) reprennent quand on arrête d’allaiter. Alors si vous n’avez pas vos règles… pas de tampon ! Ensuite, quand c’est le grand retour des saignements, on déconseille plutôt les protections internes au moment des premiers cycles qui suivent l’accouchement. Les pertes sont pour beaucoup très abondantes à ce moment, alors une serviette est souvent plus confort. Surtout que cette partie du corps est encore sensible même plusieurs mois plus tard pour certain•e•s. En plus, si vous avez eu une épisiotomie, on attend la fin de la cicatrisation ! En gros, pour limiter les risques d'irritation, d’infection, ou tout autre inconfort, autant garder encore un peu la serviette hygiénique ! Et quand ce sera le moment de remettre des tampons, on n’hésite pas à alterner le type de protection hygiénique. Zéro pression !

Quand ne pas mettre de tampon : ça existe aussi.

On s’est concentré sur les situations où l’on met un tampon, mais il y a aussi des cas où on n’en utilise pas. 

1 - Quand on n’a pas envie = son corps, son choix ! 

2 - Pendant un rapport sexuel avec pénétration vaginale (oups)

3 - Avec des flux de règles trop peu abondants pour éviter les irritations.

On refait le point sur l’utilisation du tampon dans les règles de l’art.

Que vous utilisiez un tampon avec ou sans applicateur, le principe est grosso modo le même. L’applicateur, c’est un coup de pouce supplémentaire. Avec son système de poussoir, il permet de positionner délicatement le tampon où il faut. Selon la marque, l’applicateur est déplié ou non. Pensez à le déplier avant de l’utiliser ! Pour la suite, on rappelle le mode d’emploi ! 


1 - Se laver les mains avant d’enlever le tampon de son emballage.

2 - Respirer un bon coup et insérer le tampon (avec ou sans applicateur) dans le vagin pendant que l’on a ses règles. Un tampon bien mis ne doit pas se sentir. Si vous bougez, vous n’avez aucune sensation d’avoir un objet dans votre vagin.

3 - Retirer l’applicateur s’il y en a un et le jeter à la poubelle. S’il s’agit d’un changement de tampon, le précédent que l’on a retiré va aussi à la poubelle ! 

4 - Se laver les mains. 


Le tampon se garde de 3 à 6 heures, on peut aussi le porter moins longtemps selon la situation. En cas de flux abondant, ou parce qu’on sort de la piscine. En cas de doute, les tampons sont vendus avec une notice explicative ! Si vous avez un flux important et que vous craignez les fuites de sang malgré le tampon, il est possible de porter un protège-slip en plus.


Pour sa santé, vive les tampons bio ! Saviez-vous qu’il n’existe pas de réglementation pour forcer les fabricants à afficher la composition des protections hygiéniques ? En choisissant des tampons bio, on élimine les risques de présence de produits aux noms farfelus. Pas de perturbateur endocrinien, pas de chlore pour blanchir le coton, juste ce qu’il faut pour se sentir bien dans sa culotte et mieux vivre son cycle !

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Gina C'EST PLEINS D'ARTICLES COOLS

MAIS AUSSI DES TAMPONS ET SERVIETTES

EN COTON 100% BIO