Les plantes pour soulager les règles douloureuses

Les règles douloureuses sont (trop) bien connues de nombreuses femmes. Quand on souffre de dysménorrhée, il est difficile d’en faire abstraction et de vivre son quotidien normalement. On a toutes une pote ou une cousine qui doit poser un jour de congé au début de son cycle (et ce n’est PAS normal). Loin d’être tabou, c’est injuste de ne pas pouvoir profiter de chaque moment, même pendant ses règles.

Difficile quand on ne veut pas (ou qu’on ne peut pas) prendre de médicaments. Avec l’épidémie de coronavirus, il est d’ailleurs déconseillé de prendre des anti-inflammatoires. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (qu’on utilise en cas de fièvre et de douleurs modérées), risquent d’aggraver les symptômes du Covid-19. Alors, on a décidé de vous donner une solution naturelle pour soulager les règles douloureuses, ça vous dit ?

Les douleurs menstruelles : naturelles, mais on s’en passerait bien !

Certaines femmes ont des douleurs pendant leurs règles, mais aussi avant, ça fait partie du syndrome prémenstruel (le fameux SPM). Et, tout comme les règles douloureuses, nous ne sommes pas toutes égales face à ça (malheureusement). Pendant cette période qui précède les règles, on peut souffrir de maux de tête, d’acné… ou de rien du tout ! Les symptômes de règles sont variés et toutes les femmes vivent différemment leurs cycles. Puis, viennent les règles, et là aussi son lot de bonnes (ou mauvaises) surprises. Bien que certaines d’entre nous ne ressentent que de légères douleurs (la chance), d’autres se retrouvent coincées au lit. Impossible pour elles de vivre normalement durant cette période de leur cycle (et encore une fois, ce n’est pas normal !).

Pendant les règles, il n’est pas rare de souffrir de contractions dans le bas du ventre. Ces dernières sont causées par une trop grande concentration de ce qu’on appelle prostaglandine #motcomptetriple. En gros, c’est une hormone qui est produite pour que votre utérus se contracte (et ça fait mal). Ça permet d’éliminer votre endomètre (ce tissu qui tapisse votre vagin), pendant les règles. En plus de ces dysménorrhées (c’est le nom scientifique des crampes utérines), il n’est pas rare de souffrir aussi de douleurs au niveau du dos, des jambes et des cuisses. Mais aussi de symptômes comme les maux de têtes, nausées, diarrhées et de fatigue (on peut aussi vous en trouver d’autres).

Comment savoir si je ne souffre pas d’une endométriose ?

L’endométriose, on en parle de plus en plus, mais ce n’est toujours pas assez. Cette maladie touche environ 10 % des femmes, elle mériterait d’être un peu plus connue. Son principal symptôme, c’est la (méga) douleur.

Tout au long de votre cycle, l’endomètre, qui tapisse votre vagin, s’épaissit. S’il n’y a pas fécondation, il va alors en partie être évacué, sous forme de saignements (à bientôt cher endomètre). C’est environ ⅓ de cet endomètre qui n’est pas évacué pour former un nouvel endomètre. Et oui, ce sont bien les règles ! Quand on souffre d’endométriose, certaines cellules de l’endomètre remontent par les trompes pour aller se balader dans le corps. Ce n’est clairement pas leur place, voilà pourquoi ça peut causer d’autres troubles pour la santé, plus ou moins graves (on ne panique pas - lisez la suite).

Alors, si vous avez des douleurs trop importantes, qui ne passent pas avec du paracétamol, ou, que ces dysménorrhées durent plus de quelques jours, notamment après vos règles : consultez votre médecin ou votre gynécologue. Il déterminera un diagnostic et vous aidera à trouver des solutions adaptées (et ça vous évitera de trop paniquer). Pour une consultation ou des renseignements, une sage-femme en ville ou le planning familial peuvent aussi vous renseigner ! Même si les symptômes dont vous souffrez ne sont pas liés à une endométriose, une consultation est l’occasion de recevoir de nouveaux conseils et/ou un traitement pour soulager les douleurs (et on ne dit pas non) !

Utiliser la médecine naturelle pour soulager les règles douloureuses, on dit oui !

Il existe des femmes qui vivent leurs règles sereinement et sans douleur. Wah, mais où vous cachez-vous ? Pourquoi ne connaissent-elles pas les dysménorrhées comme nous ? Malgré nos recherches les plus poussées, nous ne pouvons pas répondre à ces questions, sorry. Par contre, nous pouvons vous donner des solutions naturelles pour soulager vos règles douloureuses ! Un peu comme les remèdes de grand- mère ! Car oui, il est possible de dire « bye-bye » aux médicaments pour soulager les douleurs liées à notre cycle menstruel. Vous pouvez les remplacer par des remèdes naturels, et vivre, vous aussi votre cycle sereinement.

Les plantes sont au centre de la médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d’années ! La médecine douce permet d’utiliser des produits bio et naturels pour calmer les douleurs liées aux règles (ou pas d’ailleurs).

On retrouve l’aromathérapie, qui repose sur les bienfaits des huiles essentielles. Chaque huile essentielle a des vertus thérapeutiques, quelques gouttes diluées peuvent être très puissantes pour soulager les douleurs liées à votre cycle.

La phytothérapie se rapproche de l’aromathérapie, mais, cette fois-ci, on ne va pas utiliser les extraits de plantes pour faire des huiles essentielles. On va utiliser les plantes entières pour en faire des tisanes, décoctions et infusions (hummm).

Ces deux façons de faire usage des plantes soulagent un grand nombre de symptômes : crampes, syndrome prémenstruel, règles abondantes ou irrégulières.

Quelles plantes utiliser pour soulager les règles douloureuses ?

Les emménagogues sont des plantes médicinales qui permettent de soulager la dysménorrhée. Elles peuvent aussi vous aider à avoir des règles (plus) régulières, dans le cas où vos règles arrivent trop souvent à l’improviste. Voici quelques-unes de ces plantes connues pour favoriser un cycle paisible (et vous rendre la vie plus douce).

L’achillée millefeuille

Dans la mythologie, Achille l’aurait utilisée pour soigner les guerriers blessés (impressionnant, non ?). Pour nous autres, guerrières à notre manière, cette plante agit comme un antispasmodique. Elle apaise nos contractions utérines, et nous procure en prime un effet relaxant (on dit oui !). Il est possible de l’utiliser en tisane, diluée dans un bain chaud, en compresses ou en application cutanée. Pour l’appliquer sur votre peau, sur les zones douloureuses, il faut faire macérer l'achillée millefeuille dans de l’huile d’olive. Un petit massage de cette huile à l’odeur enivrante, et vous voilà soulagée et détendue.

L’alchémille

Encore une plante au nom étrange, mais qui fait toujours son effet. En infusion, en laissant infuser 4 cuillères à café pendant 15 minutes dans une tasse d’eau chaude, elle rétablit votre équilibre interne (yesss). Elle active la production de progestérone, l’hormone féminine produite durant la seconde moitié de votre cycle. C’est la plante qu’il vous faut pour vous aider à retrouver un cycle menstruel régulier et réduire les saignements forts.

La camomille allemande

Elle a de très (très) nombreuses vertus. C’est un anti-inflammatoire, antioxydant, antispasmodique et anxiolytique (ça fait beaucoup, hein ?). On vous a dit qu’elle pouvait être utilisée pour beaucoup de choses ! Utilisée en huile essentielle, tisane ou décoction, elle soulage les troubles menstruels, les maux de tête et l’anxiété. Avec la camomille allemande, c’est fini de subir votre cycle menstruel, vous pouvez profiter de chaque instant même pendant vos règles.

Le gingembre

Souvent connu (à tort) pour son effet aphrodisiaque, le gingembre a lui aussi beaucoup de bienfaits pour votre santé. Il peut être utilisé sous plein de formes : en infusion, en décoction, en compresse ou en huile essentielle. Ce sont, en plus, des recettes faciles à faire soi-même ! Pour celles qui souffrent d’anémie, l’infusion vous redonnera de l’énergie (yesss). La décoction au gingembre calmera vos crampes utérines (et peut être utilisée pour les maux de gorge quand vous avez un rhume - pratique aussi -). Parfois plus efficaces pour certaines que votre - indétrônable - BFF : la bouillotte, les compresses de gingembre détendent les muscles de votre bas-ventre pour éviter les crampes.

Vous pouvez utiliser ces méthodes naturelles, à n’importe quel moment de votre cycle et pour plein d’autres douleurs ! Comme nous avons pu le voir dans notre article avec Tiffany, l'alimentation est le meilleur moyen pour équilibrer son cycle menstruel. Il existe une multitude d’autres plantes à découvrir pour soulager vos douleurs menstruelles : la mélisse en tisane pour rester calme (on a dit on reste CALME), le fenouil comme antispasmodique pour soulager vos crampes, etc. Choisissez vos plantes en bio ! C’est encore mieux. Ces alternatives ont de nombreuses propriétés, mais il y a quelques précautions à prendre. Avant de se lancer dans l’utilisation des plantes pour soulager vos règles douloureuses, parlez-en à un professionnel de santé. Votre médecin, par exemple, vous donnera toutes les indications sur leur utilisation (doses à respecter, nombre de jours à ne pas dépasser, contre-indications…). Comme pour tous les produits actifs, les plantes peuvent être nocives à forte dose, il est important de ne pas en abuser (malheureusement).

1 commentaire

Bonjour, je m’appelle Marcelo Pear et je viens de Rio Brésil. Permettez-moi de témoigner devant le public au sujet d’un grand docteur en phytothérapie nommé Dr Wise of Africa qui m’a aidé avec ma propre maladie. J’avais le VIH / SIDA depuis plus de 5 ans et j’allais presque à la fin de ma vie à cause de l’apparence de ma peau. Tout ce que j’ai en tête, c’est d’abandonner car la vie ne m’intéresse plus. Un soir, ma sœur m’a dit qu’elle avait trouvé un médecin sur Internet qui pouvait guérir le VIH / SIDA. Cela ne m’intéressait pas car je n’y croyais pas. Elle m’a aidé avec tout ce que le médecin demandait, a rempli le formulaire de traitement pour moi et a même utilisé son propre argent pour me procurer le médicament. Pendant une semaine d’utilisation du médicament, j’ai commencé à devenir plus fort, mon sang a commencé à couler normalement 4 à 7 jours plus tard, j’ai commencé à prendre du poids, avant la 2ème semaine, mon corps a commencé à se développer, ma peau a commencé à pousser. Après un mois, j’ai été testé pour le VIH et testé négatif. Je suis si heureux de pouvoir dire que je ne suis plus un patient atteint du VIH / SIDA. Si vous avez le VIH / SIDA, l’hépatite, l’herpès ou le VPH, une maladie coronarienne ou toute autre maladie, veuillez contacter le Dr WISE. Son email est: DRWISEHIVHEALINGHOME@GMAIL.COM et son numéro Whatsapp est: +2349063191711. Je vous souhaite bonne chance, que Dieu vous bénisse tous. Vous pouvez également m’envoyer un email à marcelopear756@gmail.com

marcelo pear 22 septembre 2020

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Gina C'EST PLEINS D'ARTICLES COOLS

MAIS AUSSI DES TAMPONS ET SERVIETTES

EN COTON 100% BIO