Les pertes marron après les règles.

À chaque début de nouveau cycle menstruel, on a ses règles. Les saignements durent quelques jours, c’est plus ou moins long et plus ou moins abondant selon les personnes (on se répète, on est tou•te•s différent•es). Généralement les règles sont rouges. C’est le signe que tout va bien (#ouiiiii), puisque le sang est frais et coule de l’utérus jusqu’à la culotte, en passant par le vagin. Les pertes marron après les règles, ça arrive. C’est même plutôt fréquent (et normal) ! Il suffit d’en parler à un•e de vos potes, quelqu’un de la famille… ça nous arrive à tou•te•s ! Avec l’oxydation, le sang change d’apparence et prend une teinte foncée. En fin de règles, il arrive qu’on ait des pertes marron : des taches brunes dans la culotte, sur les protections hygiéniques. C’est simplement du sang oxydé, de couleur brune, qu’on peut qualifier quasiment de “vieux sang”. Hors période de menstruations, elles pointent parfois leur nez. Dans ces cas, ça peut être le signe qu’autre chose se trame dans le corps. Dis Gina, on fait le point ? Go !



      1 -  À l’origine des pertes vaginales, ou sécrétions vaginales

      Les sécrétions vaginales, qu’on appelle aussi des pertes, c’est le liquide qui coule dans la culotte. Elles peuvent venir de l’utérus, du col de l’utérus, du vagin… C’est normal d’avoir des pertes vaginales... ça bouge là-dedans ! Entre l’activité hormonale, l’excitation sexuelle, ou le cycle menstruel, notre corps a de nombreux prétextes pour produire des sécrétions vaginales. 

      Il est bien fichu ce corps humain !

      Nous pouvons nous féliciter d’être équipé•e d’un système génital aussi bien conçu (eh oui). Le vagin se nettoie tout seul, comme un grand, et c’est ce qui provoque les pertes blanches. Dans le vagin, on a de bonnes bactéries (les lactobacilles) qui composent la flore vaginale. Comme pour la flore intestinale, on en prend soin ! Mais le vagin est autonome et quand il y a des pertes blanches régulières et inodores, c’est que c’est une affaire qui tourne ! Bref, c'est normal. Leur job est de maintenir une hydratation et une lubrification du vagin et de sa flore. Si vous voulez en savoir plus sur les pertes blanches, les glaires cervicales, et la cyprine, on en parle dans cet article


      Et les pertes marron dans tout ça ? La couleur marron vient du sang qui s’oxyde (aka qui entre en contact avec l’oxygène, comme quand une pomme épluchée s’assombrit à l’air libre). Le sang frais est rouge vif, puis il brunit jusqu’à devenir marron ou de couleur noir. Si vous avez déjà écorché vos genoux pendant l’enfance (ou après #nojudgment), vous savez ce que c’est !


      Quand on a des pertes marron, surtout la première fois que ça arrive, c’est une sacrée surprise ! C’est pas censé être rouge, les règles ? Là, il y a plusieurs options possibles.

      Les pertes marron sont-elles signe de grossesse ?

      C’est une question qui traîne sur les forums et les réseaux sociaux. Elles ne sont, en soi, pas un symptôme de grossesse. Mais ça arrive que l’on en ait à ce moment. Lors d’un rapport sexuel par exemple, un (tout) petit bout d’endomètre peut se détacher du côté du col de l’utérus. Ça arrive et ce n’est pas grave. Le sang peut aussi venir du col de l’utérus. Il est vraiment (très) bien desservi par les vaisseaux sanguins pendant une grossesse. Alors dans le feu de l’action, il arrive de voir des petits saignements. Quelques heures après le rapport, ou le lendemain, on a un peu de pertes marron. C’est simplement ce sang qui est évacué !


      Pareil, c’est tout à fait possible d’avoir des pertes marron même quand on est vierge. Le déroulement du cycle menstruel n’a aucun lien avec le fait d’avoir déjà eu un rapport sexuel ou pas dans sa vie.

      2 - Les pertes vaginales après les règles : c’est normal ?

      Avant de parler de la fin des règles… remettons-nous dans le contexte !  Les règles, c’est quoi ? Mis à part d’être ces quelques jours dans le mois qui nous embêtent, les règles font totalement partie du fonctionnement de notre corps. On tourne dans un cycle menstruel qui se répète grosso modo de l’adolescence jusqu’à la ménopause (on résume). 


      Pendant le cycle, les parois de l’utérus se gorgent de cellules pour former un nid bien douillet pour l’œuf fécondé. Mais (heureusement ?) on ne tombe pas enceinte tous les mois. Quand il n’y a pas eu fécondation (la rencontre voluptueuse entre un ovule et un spermatozoïde), et encore moins de nidation (l’installation de l’œuf dans l’utérus), alors il faut tout évacuer ! Les mêmes hormones oestrogènes qui ont lancé les travaux de décoration dans l’utérus chutent, et c’est carrément la liquidation totale. Les cellules gonflées  de la muqueuse utérine (l’endomètre) passent par le vagin. Tadaaaaa ! Les saignements sont là. 

      Combien de temps durent les pertes marron après les règles  ?

      Même les meilleures choses ont une fin !


      Les règles durent en moyenne 5 jours par mois. On dit bien “en moyenne”, ça veut dire que pour certain•e•s c’est moins, et d’autres plus (sorry). Pour beaucoup de gens, le début est timide, pour ensuite avoir un flux plutôt abondant au moins le 2e et 3e jour. Ensuite, ça a tendance à se calmer et quand sonne la fin des règles, les pertes marron entrent sur scène. Ce ne sont pas tout à fait des règles en soi, mais ça reste des pertes. Le flux est à ce moment beaucoup trop faible pour mettre un tampon. Notre meilleur ami est plutôt le protège-slip… si pratique ! 

      Les pertes marron, c’est un peu une question de timing, et ce n’est pas systématique. Parfois il reste quelques cellules de l’endomètre qui n’ont pas été expulsées pendant les règles. On peut alors continuer à avoir des pertes marron quelques jours. C’est pas inquiétant en soi.

       

      Pareil, hors période de règles et si ça colle avec l’ovulation, les pertes marron sont sûrement juste le signe que le corps refait un petit ménage de printemps pour préparer le terrain. OK le système génital est (super) bien conçu, mais c’est pas parfait non plus ! De temps en temps, des cellules récalcitrantes sont évacuées plus tard. C’est la vie ! 

      3 - Les pertes marron : quand s’inquiéter ? 

      Quand tout va bien, les pertes marron n’ont aucune odeur particulière. Le sang qui s’oxyde, ça sent (presque) pas. On commence à s’inquiéter quand la perte marron s’accompagne d’autres symptômes : 

      • odeur forte et inhabituelle,
      • douleur au ventre,
      • douleur pendant les rapports,
      • démangeaisons,
      • nausée,
      • fièvre.

      Il ne faut pas forcément ressentir tous ces symptômes en même temps pour qu’il y ait un problème. Généralement, les pertes marron + symptôme = soucis gynécologiques. Les cas les plus courants sont les infections, et les mycoses vaginales. Plus graves (et plus rares), il y a les kystes ovariens, les polypes, et le fibrome utérin. Détectés rapidement, ça se soigne ! À l’apparition de symptômes suspects, on file chez son médecin ! En prévention, c’est aussi toujours bien d’avoir un suivi gynécologique régulier. Le frottis, les prélèvements vaginaux, peuvent être prescrits ou réalisés par le généraliste. Les gynécologues et sages-femmes sont souvent mieux équipés en cabinet pour des examens approfondis, type échographie. Ça permet de faire un check-up pour sa santé, de poser ses questions, et de soigner dès les premiers symptômes.


      On en parle quand même, mais les pertes marron peuvent aussi être le signe d’une contraception hormonale mal prise ou non adaptée à votre corps. Surtout si ça dure après les règles, ou que ça arrive en dehors de période de règles. Parfois, ces pertes de sang sont rouges, on appelle ça le spotting. C’est pas spécifiquement inquiétant, mais une visite chez le médecin est bonne à prendre ! Faire le point sur sa contraception, ou en changer, c’est courant. Chacun•e ne réagit pas pareil à une même pilule par exemple (et c’est normal).

      4 - Les mycoses vaginales (on adore ! (c’est faux)).

      Une mycose, c’est la maladie que l’on attribue à la prolifération d’un champignon. Pour la mycose vaginale, ça vient souvent du candida albicans. Il est naturellement présent dans la flore, mais quand vient un déséquilibre, il peut devenir trop important et entraîner une mycose. Tout le monde n’est pas porteu•r•se du candida albicans. Quand c’est le cas, ce n’est pas une maladie ! La flore vaginale est composée de bactéries, et l’équilibre de tout ça fait qu’il ne devrait pas y avoir de problème.


      Parmi les symptômes, il y a la démangeaison, les douleurs en faisant pipi, des rapports sexuels douloureux, des pertes vaginales épaisses, une vulve rouge et gonflée, des saignements hors règles, des pertes marron qui sentent pas bon ! Avoir une mycose vaginale, c’est 100% inconfortable. On DÉ-TES-TE ça. VRAIMENT. Les causes possibles sont nombreuses. Ça peut simplement venir d’une prise d’antibiotiques, comme un effet secondaire dont on se serait bien passé.


      Alors, même après les règles, avoir des pertes marrons qui se prolongent, et qui ont un aspect et une odeur particulière, c’est bien de demander son avis à un professionnel de santé !


      Mais on a une (super) bonne nouvelle… la mycose vaginale se soigne bien. C’est même un problème de santé assez courant. Dès les premiers signes d’inconfort, on peut avoir un traitement sans ordonnance en pharmacie. Souvent un ovule, peut-être même une crème, et des compléments alimentaires à base de probiotiques aident à rééquilibrer tout ça. Ça n’empêche pas d’aller chez son médecin en complément, ou bien si les symptômes persistent. On vous rassure quand même, les mycoses vaginales sont plutôt bénignes. Les cas graves sont très rares ! Un rendez-vous médical, c’est aussi le bon moment pour chercher la vraie cause de la mycose. On peut comme alors prévenir les risques que ça se reproduise !

      Ecrire un commentaire

      Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

      Gina C'EST PLEINS D'ARTICLES COOLS

      MAIS AUSSI DES TAMPONS ET SERVIETTES

      EN COTON 100% BIO