Les pertes blanches: c'est quoi?

Pour la faire simple : les pertes blanches, ou leucorrhées, sont des sécrétions vaginales. Elles s’écoulent de manière naturelle et quotidienne chez toutes les personnes et elles sont nécessaires au bon fonctionnement du vagin (combo gagnant). Il est donc normal d’en avoir tous les jours, mais il ne faut pas forcément s’inquiéter si elles manquent à l’appel l’espace d’un jour ! 


Tout au long du cycle, leur quantité, texture et couleur, peuvent varier. Car oui ! il existe plusieurs types de pertes vaginales (cyprine, pertes blanches, glaire cervicale, menstruations). Les pertes blanches en disent aussi long sur la santé de votre vagin et sur votre cycle menstruel (période d’ovulation, de fécondité etc.). 


Malodorantes, verdâtres ou anormalement épaisses, elles peuvent être un symptôme en cas d’infection, d’une mycose vaginale (yummy !) ou d’un déséquilibre du pH. Mais du coup, les pertes blanches, c’est quoi ? À quoi servent-elles ? Odeur, texture, couleur…, à quel moment faut-il s’inquiéter ? Let’s go ! 


Les pertes blanches : kessecé ?

Les pertes blanches sont des sécrétions naturelles produites par votre vagin et ses muqueuses, et votre utérus (jusqu’ici, ok). Elles ponctuent le quotidien des personnes de la puberté jusqu’à la ménopause. Même si leur couleur peut varier en fonction du cycle menstruel, ou en cas d’infection, elles sont généralement blanches et translucides, et sans odeur. On vous parle du modèle de base, là. Elles témoignent de la bonne santé et du fonctionnement de vos organes génitaux. Une affaire qui roule quoi ! 

Car le saviez-vous, mais votre vagin s'auto nettoie tout seul comme un grand ! Plutôt cool, non ? Et c’est en se nettoyant qu’il produit des sécrétions appelées… wait for it… les pertes blanches ! Votre vagin est un véritable écosystème où cohabitent des milliers de bonnes bactéries (les lactobacilles) contenues dans ces sécrétions. Et l’ensemble de ces bactéries forment ce qu’on appelle la flore vaginale (tout devient plus clair !). 

Donc pas besoin de laver votre vagin, il le fait tout seul ! Une bonne hygiène intime avec un savon au pH adapté des zones externes de votre vulve et basta ! 

Le rôle des pertes blanches

“Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités”. Comme Spider-Man qui protège New York, les pertes blanches sont là pour protéger votre vagin des infections et des mauvaises bactéries. Elles viennent nettoyer votre vagin et permettent d’évacuer les cellules mortes ou les germes (elles font un super job, on vous dit !). Les pertes vaginales assurent aussi un bon maintien de votre flore vaginale, ainsi que la lubrification et l’hydratation de votre vagin. #ÇaGlisse

Les types de pertes blanches dites normales 

Il existe plusieurs types de pertes vaginales normales qui surviennent à différents moments de votre cycle ou lorsque vous êtes excité•e (oh oui). Apprenez à lire et décrypter vos pertes blanches, car elles en disent long sur l’activité de votre organes génitaux, de votre cycle hormonal et de la qualité de votre soirée (#çapartenlive)....

Les pertes blanches : back to basics

D’aspect plutôt visqueux, les pertes blanches sont en général incolores. De la puberté jusqu’à la ménopause, les leucorrhées contribuent quotidiennement à l’autonettoyage de votre vagin. Les pertes blanches sont inodores. Leur texture et leur couleur peut varier : de blanches à transparentes, de fluides à épaisses. Quant à leur quantité, elle change également (“ça dépend, ça dépasse !”) en fonction du cycle menstruel. 

Pendant la période de fécondité (le pic de fécondité est aux alentours du 14ème jour du cycle menstruel), les pertes blanches vont avoir une apparence particulière : elles seront davantage transparentes, fluides et abondantes. Leur apparence rappel du blanc d’œuf. Note à vous : ça monte moins bien que les blancs d'œuf traditionnels.

Pour faire le test si vous êtes curieuse, lorsque vous posez des pertes entre deux doigts et que vous les décollez, un fil va se former. (coucou !)

La glaire cervicale : “silence, ça ovule !”

Plus abondante, la glaire cervicale est un type de perte vaginale qui survient environ 48 heures avant l’ovulation. Inodore et plutôt blanche, la glaire cervicale est produite par des glandes situées au fond du vagin, à l’entrée du col de l’utérus. Elle est déclenchée par la croissance du taux de progestérone qui stimule l’activité cellulaire et hormonale au moment de l’ovulation (on ne vous a pas perdu•e•s ?).  

La cyprine : notre meilleure copine ! 

Secrétée par les glandes de Bartholin, la cyprine est un lubrifiant naturel (omg trop cool) qui est produit par le vagin lors de l’excitation sexuelle. Elle vient lubrifier l’intérieur de votre vagin pour faciliter la pénétration lors de relations sexuelles #pratique. Inodore, la cyprine est transparente et elle est produite en quantité plus ou moins abondante en fonction des personnes. Nous, on aime la cyprine ! 

Pertes blanches plus très blanches : quand s’inquiéter ? 

Pendant votre cycle hormonal et avant ou après vos règles, vous pouvez avoir des pertes marrons (no panic). C’est totalement normal ! Après ou en fin de règles, et une fois que les saignements et caillots de sang ont été expulsés, le vieux sang qui est encore dans votre vagin devient marron suite à l’oxydation (logique). Les pertes marrons peuvent aussi survenir si vous prenez mal votre contraceptif, ou lorsqu’il n’est pas adapté. Si elles perdurent, prenez rendez-vous avec votre gynécologue - on n’est jamais trop prudent•e. 

Si vos pertes blanches deviennent malodorantes (ça se reconnaît à l’odeur, pas de doute), anormalement épaisses (texture lait caillé bonjour !) ou mousseuses, que leur couleur est jaunâtre ou verdâtre, c’est souvent le signe d’un déséquilibre de la flore vaginale, d’une infection vaginale ou de type IST (Infection Sexuellement Transmissible), ou bien d’une mycose vaginale. Il existe plein de cause de pertes blanches anormales ! Ces pertes blanches anormales peuvent aussi s’accompagner de démangeaisons, fièvre, douleurs, ou de brûlures (et là ça devient moins drôle). Si vous présentez ces symptômes (pas forcément tous en même temps !), consultez rapidement votre médecin ou votre gynécologue. #Çavabiensepasser !

Parfois, les pertes blanches peuvent aussi être légèrement rosées, il s’agit pour la plupart du temps, de traces de sang. Si ces petits saignements et pertes vaginales roses persistent, prenez rendez-vous avec votre gynécologue ou votre médecin (ok, c’est noté).  

Pertes blanches et grossesse

Les pertes blanches continuent de ponctuer le quotidien des culottes de la femme enceinte. En raison du pic d’hormones, les pertes vaginales ont tendance à augmenter. Toujours inodores (sauf en cas de problème ou infection), les pertes blanches pendant une grossesse ressemblent aux pertes blanches “classiques”. 

Comment gérer ses pertes blanches au quotidien ? #DansTaCulotte

Même si elles sont complètement naturelles (et qu’elles partent totalement lorsque vous lavez vos culottes !), certaines femmes préfèrent porter un protège-slip pour éviter de tacher leurs sous-vêtements. Si vous préférez protéger votre lingerie, privilégiez des protège-slips bio, qui ne contiennent pas de produits chimiques ou de perturbateurs endocriniens, afin de ne pas irriter votre vulve ! 

Par contre, ne mettez absolument pas de tampon (même des tampons bio !) pour éviter de tâcher votre lingerie avec vos pertes blanches ! Ils sont uniquement réservés aux règles et vous risquez d’assécher votre muqueuse vaginale, de risquer une infection ou le syndrome du choc Toxique (SCT). Alors utilisez des tampons uniquement pendant vos règles ! 

ET SURTOUT, n’oubliez pas que les pertes blanches ne sont pas sales du tout, et qu’il n’y a (vraiment) aucune honte à en avoir, même en quantité importante au fond de votre culotte,  c’est juste bon signe ! 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Gina C'EST PLEINS D'ARTICLES COOLS

MAIS AUSSI DES TAMPONS ET SERVIETTES

EN COTON 100% BIO