Mais au fait : c'est quoi un ovocyte, et à quoi ça sert ?

C’est fou, ça, quand même : on n’sait pas vous, mais en ce qui nous concerne, on a bien plus entendu parler des spermatozoïdes que des ovocytes, au cours de notre vie ou de nos (lointains) cours de SVT. Tant et si bien que comme beaucoup d’autres, on ne savait pas trop faire la différence entre un ovule et un ovocyte (et nope, c’est pas la même chose !). 


Pour la faire courte (et avant d’approfondir plus largement juste après), l’ovocyte est le petit nom que l’on donne à la cellule reproductive des femmes (aka gamète) ou des personnes qui ont un utérus. Son équivalent chez les personnes qui ont un pénis s’appelle le spermatozoïde. Ces cellules reproductives sont les plus grandes du corps humain (wah !) et commencent à se développer bien avant la naissance, aka au moment de la grossesse (#cestlhistoiredelavie). 


Mais bon. Parce que tout ça reste un peu obscur et qu’on se sentait nous aussi un peu perdu·es sur la diff’ entre ovaires, ovules, et ovocytes (entre autres), on a décidé de vous faire cet article. 


Which means que Gina poursuit sa mission et vous explique dans les grandes lignes et les grandes largeurs : ce qu’est un ovocyte et à quoi ça sert (#labase), comment ces derniers se développent et combien chaque personne en possède (#plusoumoins), ET enfin, pour finir, un petit point sémantique et médical pas déconnant pour faire le point sur les ovocytes, les ovules et les ovaires, et mieux comprendre le rôle de chacun dans la fécondation, l’ovulation, et l’évolution du cycle menstruel tout au long de la vie. 


Ready ? Let’s go

 

#1 : Un ovocyte, qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert exactement ? 

On l’a vu en intro, mais approfondissons : l’ovocyte, c’est la cellule reproductive produite par les personnes qui ont un utérus. On appelle ça aussi un “gamète femelle”, en miroir de ce que l’on peut appeler le “gamète mâle” soit les spermatozoïdes (même si, on le rappelle, le genre d’une personne n’a rien à voir avec son sexe, obviously :) !). 


Concrètement qu’est-ce que ça veut dire ? Eh bien que cette toute petite cellule (d’à peine 0,0001 millimètres :o) est utile et absolument nécessaire à la formation d’un embryon, qui marque le début d’une grossesse

 

Ok mais pourquoi est-ce qu’on confond si souvent ovule et ovocyte, du coup ? 

Eh bien parce que comme certaines personnes au moment du mariage (#comparaisondouteuse), l’ovocyte change de nom au moment de sa rencontre avec le spermatozoïde. Which means, si vous avez bien tout suivi, que l’ovule se transforme en ovocyte au moment de la fécondation. 


Pour être plus précis·es, retenez bien que l’ovocyte est relâché par les ovaires au moment de l’ovulation = le moment où il est arrivé à maturité et prêt à être éventuellement fécondé. L’ovule, de son côté, a une existence de type très courte, puisque c’est le terme qu’on utilise pour désigner cette cellule à l’instant T où elle est “pénétrée” par un spermatozoïde (#fcknprécis). 


Après quoi, l’ovule ne s’appelle plus l’ovule, mais l’ovocyte fécondé, puis enfin l’embryon


Ahlala, le vocabulaire médical… ça peut brouiller les pistes :). 


Combien a-t-on d’ovocytes (#pointchiffres) ?

On y reviendra, mais les ovocytes commencent à se développer avant même la naissance (on sait, c’est fou). Pour vous donner un petit exemple, on considère qu’à seulement 5 mois de grossesse, les ovaires du foetus contiennent entre 2 et 5 millions (tout ça !) de ce que l’on appelle les ovocytes primaires


Mais ça n’est que le début d’une grande aventure, puisque : 


  • Le bébé n’aura “plus que” 400 000 ovocytes primaires environ au moment de sa naissance. 

  • Au début de la puberté, il n’en restera “plus que” de 200 000 environ

  • Enfin, entre les premières règles et la ménopause, le nombre de ces ovocytes ne cesse de décroître… which is tout à fait normal (on vous arrête tout de suite), dans la mesure où une personne menstruée produit en moyenne entre 300 et 400 ovocytes considérés comme matures au cours de sa vie. Si vous êtes doué·e en calcul mental, vous voyez le truc = on fabrique un ovocyte “fécondable” environ par cycle menstruel (sauf si vous avez une contraception hormonale, évidemment). 

C’est tout (et c’est déjà beaucoup !) :) 


#2 : Le développement des ovocytes aka ovogénèse : comment ça s’passe ? 

Ovoge-quoi ?? 

O-vo-gé-nè-se. C’est le petit nom bien prise de tête que la communauté médicale emploie pour désigner le processus de développement des ovocytes


Pour bien comprendre, dites-vous que comme on l’a vu au point précédent, ce que l’on appelle la “réserve ovarienne” est déjà en cours de fabrication avant même notre venue au monde, aka au moment du stade embryonnaire. Ce processus de constitution de ce que l’on appelle des follicules ovariens (ou ovocytes primaires) constitue la phase de l'ovogenèse


Retenez bien néanmoins qu’un follicule ovarien ≠ un ovocyte ! On pourrait plutôt définir le follicule ovarien comme un amas de cellules reproductives qui permettent la production des ovocytes à terme (on sait, c’est un peu chaud, donc restez focus !). 


Mais attention : le processus est loin d’être terminé au moment de la naissance du bébé ! Il reprendra au moment de la puberté (comme vu au point précédent), chaque cycle menstruel comprenant une phase d’ovulation. À partir de ce moment-là, ce qu’il se passe : 


  • L’ovaire abrite plusieurs follicules qui permettent la fabrication des ovocytes. 
  • Ces follicules se développent jusqu’à la fin de la première phase du cycle menstruel. 
  • À ce moment là, un (ou plusieurs) follicule arrive à maturation et est libéré par l’ovaire : l’ovocyte est né ! Son road-trip : un petit voyage pour parcourir la trompe de Fallope jusqu’à la muqueuse utérine, où il pourra éventuellement rencontrer un spermatozoïde (#fécondation). 

Bon à savoir aussi : il est possible que l’ovaire relâche deux follicules à la fois, ce qui donnera donc deux ovocytes matures. C’est la raison pour laquelle certaines personnes peuvent être enceint·e de jumeaux ! 


#3 : Petit point technique : ovocyte, ovule, ovaires… c’est quoi la différence ? 

 

Dis, Gina, à quoi ça sert les ovaires ?

À pas mal de choses en fait. Déjà, les ovaires sécrètent deux hormones que vous connaissez sûrement déjà, aka la progestérone et l’oestrogène. Elles sont essentielles au bon déroulé du cycle menstruel et/ou de la grossesse. Pour rappel, c’est aussi l’action de ces hormones (en combiné, ou en solo) qui permet à la contraception hormonale de fonctionner, comme dans le cas des pilules oestro-progestatives


À part ça ? Eh bien l’oestrogène est l’hormone qui permet chaque mois à la muqueuse utérine de se développer en vue de l’accueil d’un éventuel embryon (= c’est la nidation); tout en aidant l’ovaire à mener l’ovocyte à maturation


Last but not least, l’ovaire est aussi THE place où se développe la réserve ovarienne. Which means qu’il abrite chaque mois plusieurs follicules dans leur développement, jusqu’à ce que “l’élu” atteigne son stade de maturité et commence son road-trip dans les trompes de Fallope


Ce processus a un petit nom (que vous connaissez bien) : c’est l’ovulation ! (#standingovulation). 


Et c’est quoi un ovule, alors ? 

Si vous avez tout bien suivi jusqu’ici, vous savez peut-être déjà ce qu’est un ovule : c’est le nom que l’on donne à l’ovocyte à l’instant PRÉCIS où il rencontre le spermatozoïde qui le féconde. 


L’ovule est donc plus un mot qu’on utilise pour décrire un stade du développement de l’ovocyte… ou bien parfois aussi pour décrire un ovocyte arrivé à maturation. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué (héhé) ! 


À part ça, il peut aussi arriver que le terme ’ovule’ soit employé pour désigner un médicament probiotique à insérer par voie vaginale. Mais rien à voir avec l’ovulation :) 



On récapitule ? 

  • Les ovaires permettent la fabrication des ovocytes mais accompagnent aussi le corps dans le bon déroulé du cycle menstruel et de la grossesse en fabriquant deux hormones : l’oestrogène et la progestérone. 

  • L’ovule n’est en fait qu’un ovocyte arrivé à maturité, rencontrant un spermatozoïde au moment de la fécondation

  • On fabrique environ 1 ovocyte mature par cycle menstruel… qui devient ovule, puis ovocyte fécondé uniquement lorsqu’il y a grossesse. 

Vous l’avez ? :) 


#4 : Don d’ovocyte et grossesse : à quoi ça sert, et qui est concerné·e ? 

Il arrive que certaines personnes aient des difficultés à tomber enceint·es : soit parce qu’elles (ou leur partenaire) ont des problèmes de fertilité, soit parce qu’elles approchent de la ménopause, un moment où la capacité à produire des ovocytes est moins grande (même si clairement pas impossible !). 


Si vous vous demandez quel est le rapport avec les ovocytes, c’est tout simple : comme on l’a vu, ils sont indispensables à la “mise en route” d’une grossesse. Au moment de la (pré)ménopause, ceux-ci sont moins nombreux, et rencontrent parfois davantage de problèmes pour arriver à maturation


En cause ? La production d’oestrogène qui chute au moment de la (pré)ménopause, et qui, comme on vous l’expliquait au point précédent, est cruciale dans le développement des ovocytes matures. 

 

Bon, et du coup, le don d’ovocytes kesseussé ? 

Le don d’ovocytes existe en France depuis 1994 et permet à toute personne de 18 à 37 ans, dotée d’un utérus et en bonne santé, de faire don de ses ovocytes en mode anonyme et gratuit, pour l’usage des personnes qui rencontreraient des problèmes de fertilité ou de santé (par exemple, la ménopause précoce, le risque de transmission d’une maladie héréditaire grave, chimiothérapie suite à un cancer…). Il faut dans ce cas-là passer par une procédure de Procréation Médicalement Assistée, aka PMA. 


Enfin, good to know pour celles·ceux qui seraient intéressé·es par le don d’ovocyte : depuis 2019, il est possible pour chaque donneur·euse de demander la conservation d’une partie de ses ovocytes... dans le cas où la personne serait elle-même concernée par des problèmes d’infertilité (#çaarrive). 



POUR ALLER PLUS LOIN : 


Bingez Le Sexe en Bref sur Netflix, et plus particulièrement l’épisode sur la fertilité


Lisez 100 questions-réponses sur l’infertilité, un petit ouvrage collectif super complet initié par Sylvia Alvarez qui permet à celles·ceux qui envisagent une PMA de mieux comprendre les enjeux et les procédures. 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Gina C'EST PLEINS D'ARTICLES COOLS

MAIS AUSSI DES TAMPONS ET SERVIETTES

EN COTON 100% BIO