Cycle menstruel court et fécondité : mode d'emploi

Un cycle menstruel, ça dure en moyenne 28 jours. Mais, en réalité ça peut varier, après tout on est toutes différentes donc pas étonnant que nos cycles ne soient pas de la même durée (eh oui). Un cycle court, comment on sait si on est concernée ? Et surtout, est-ce grave ? Est-ce qu’un cycle menstruel court a un effet sur la fécondité ? D’ailleurs, saviez vous qu’un cycle menstruel « normal » dure non pas 28 jours très exactement, mais entre 21 et 35 jours ? Wahhh, on en apprend tous les jours sur notre corps. Mais pas de panique, on va tout vous expliquer sur le cycle menstruel. 

Le cycle menstruel, comment ça marche ? 

Les cycles menstruels nous suivent dès l’adolescence jusqu’à la ménopause (BFF pour longtemps). Ce sont les deux principaux moments de la vie où notre cycle est souvent perturbé (plus court ou plus long). Pas étonnant, il faut dire que ce sont des moments où il y a beaucoup de bouleversements du côté des hormones ! Le cycle menstruel, ça commence le premier jour des règles avec le début des saignements et ça se termine la veille des règles d’après. Jusque-là, tout va bien. La durée moyenne d’un cycle est de 28 jours. Mais ça, c’est en théorie. Dans la pratique, ça dépend des gens. D’ailleurs, on dit souvent qu’il y a autant de cycles différents que de personnes… et c’est bien vrai ! Alors comment savoir si vous avez des cycles menstruels courts ? 

Un cycle « normal » va durer non pas 28 jours mais entre 21 et 35 jours. Héhé ça vous en bouche un coin ! Alors non, votre prof d’SVT de 5ème ne vous a pas totalement menti. On parle souvent de 28 jours, car c’est une moyenne (et c’est facile à retenir). Les cycles de plus de 35 jours sont appelés oligoménorrhée, c’est le mot utilisé pour parler des cycles longs. Les cycles de moins de 21 jours sont des cycles courts et on appelle ça polyménorrhée (promis, y’a pas d’interro à la fin de l’article). C’est dans le cas de ces cycles anormaux qu’il est conseillé d’aller voir un médecin.  

Bien connaître son cycle menstruel vous permet de mieux prévoir les périodes les plus propices à la conception, et surtout de mieux vous connaître ! En gros, il y a 3 grandes phases qui se succèdent pendant votre cycle : 

  1. Votre cycle démarre avec vos règles qui durent sur une période d’environ 3 et 5 jours. Dès la fin de ces règles, c’est le début de la phase pré-ovulatoire (ou phase folliculaire, as you want). En moyenne, elle dure une semaine. C’est le moment où notre corps sécrète des œstrogènes, cette hormone qui donne un véritable coup de fouet à notre libido. 
  2. Le cycle continue avec l’ovulation. C’est environ 14 jours avant les règles, le moment où vous êtes la plus fertile (this is the point). 
  3. La 3ème phase a lieu juste après, c’est la phase post-ovulatoire (aka la phase lutéale ). Bye-bye les œstrogènes, votre corps donne la place à la progestérone. C’est cette hormone qui nous rend un peu ronchonnes… et c’est naturel ! Cette phase se termine au moment où les règles arrivent et qu’un nouveau cycle commence. 

On pense souvent que la fécondité ne dure que pendant les 24 heures de l’ovulation. Il est temps de lever le voile sur ce mythe - no more tabou. Déjà, un ovule a une durée de vie allant de 12 à 24 heures en moyenne. La durée de vie des spermatozoïdes dans l’utérus peut aller de 3 à 5 jours (ah oui quand même !). Donc, même si une personne n’a pas de rapport sexuel pendant le jour de l’ovulation, il peut quand même y avoir fécondation 5 jours avant et encore 24 h après. C’est pour ça qu’on calcule une durée de fécondité plus importante que le seul moment de l’ovulation. Ça peut éviter certaines surprises ! 

Cycle menstruel court et fertilité 

Déjà, il faut savoir que si vous avez des saignements alors que votre cycle n’a pas duré 21 jours, ça ne veut pas forcément dire que vos cycles menstruels sont courts (ouf). Votre cycle est peut-être juste perturbé par des métrorragies, ces petits saignements qui ont lieu entre les règles. Ce ne sont pas des règles venues trop tôt, et ils ne sont souvent pas associés à d’autres symptômes. 

Quand votre cycle est bel et bien court (qu’il dure moins de 21 jours), ça peut poser des problèmes de fertilités. On vous explique pourquoi. Un cycle court ça signifie qu’une de vos deux phases (avant ou après l’ovulation) est trop courte. Si c’est celle avant l’ovulation (la phase folliculaire), ça pose zéro problème en termes de fertilité. Par contre si c’est celle après l’ovulation, donc la phase lutéale (vous vous en rappelez ?) ça pose plus de problèmes (sorry). Ça veut dire qu’il y a une insuffisance lutéale. Traduction : l’ovaire ne produit pas assez de progestérone et l’œuf n’a pas le temps de s’installer dans le nid (douillet) installé exprès pour lui sur la paroi utérine. Du coup, un nouveau cycle commence avant qu’il ait pu s’y mettre. Dans tous les cas, il vaut mieux prendre rendez-vous chez votre médecin. C’est pareil si vous avez des cycles trop long (entre 35 et 45 jours) sauf si vous venez d’accoucher, que vous allaitez ou que vous êtes en pleine ménopause. Pareil si vous êtes en pleine adolescence, vos cycles sont souvent irréguliers le temps qu’ils trouvent leur rythme de croisière (please wait). En gros, pas de panique si vous avez des cycles longs ou courts, ça arrive (très) souvent... et c’est normal ! Mais, si ça vous paraît bizarre ou que vous avez des questions, on vous conseille quand même d’aller voir un médecin ou un gynécologue (on n’est jamais trop prudent). 

Comment être sûre qu’on ovule ?  

Un test d’ovulation et une courbe de température : de quoi savoir si vous ovulez bien. C’est aussi un bon moyen de savoir avec précision quand vous ovulez, et ça c’est cool si vous souhaitez concevoir un bébé (ou non d’ailleurs). Écouter votre corps, c’est aussi une bonne technique, car ovuler s’accompagne de plusieurs symptômes : mal aux seins, douleurs en bas du ventre, sécrétions vaginales transparentes (c’est de la glaire cervicale, ça ressemble un peu à du blanc d’oeuf). D’ailleurs, on vous a concocté un article pour tout comprendre de vos sécrétions et pertes vaginales, c’est cadeau

Il existe un mythe comme quoi on ne peut pas tomber enceinte pendant ses règles. Et bien, c’est faux, faux et encore faux ! C’est possible lorsque vous avez des cycles menstruels très courts. Vous pouvez très bien être dans votre période de fertilité alors que vos règles ne sont pas encore terminées. C’est pour ça que connaître son corps, c’est primordial pour tout le monde.  

Cycles courts : doit-on s’inquiéter ? 

Si vos cycles sont courts et qu’ils durent moins de 21 jours ça peut vouloir dire que vous avez un problème d’ovulation (voire que vous n’ovulez pas du tout). Pour votre santé et veiller sur votre fertilité, il vaut mieux consulter un médecin ou un gynécologue. Parce qu’on l’ignore souvent, mais les cycles courts et surtout l’absence d’ovulation, c’est la cause la plus fréquente d’infertilité féminine, eh oui. Autant vous dire qu’il faut bien y faire attention. Il peut y avoir plusieurs causes à ça, et elles vont pouvoir être définies par des examens. Parmi le florilège de possibilités, on retrouve : 

  • Le syndrome des ovaires polykystiques (aka SOPK), un trouble hormonal qui provoque l’augmentation de la production d’androgènes (des hormones mâles) dans les ovaires. 
  • L’hyperprolactinémie, due à la sécrétion trop importante d’une hormone (la prolactine) qui conduit souvent à l’infertilité.
  • La fibrome, une tumeur bénigne (qui n’apparaît souvent qu’après 30 ans).
  • Une anomalie ovarienne.
  • Un désordre du complexe hypothalamo-hypophysaire (hypoquoi ?), avec une production trop ou pas assez importante d’hormones. 
  • L’endométriose, qui va aussi s’accompagner de fortes douleurs et de saignements pendant les cycles. L’endométriose touche 1 personne sur 10, et c’est déjà beaucoup trop.
  • Une infection sexuellement transmissible (IST de son petit surnom) comme la gonorrhée ou la chlamydia. 
  • D’autres maladies non-gynécologiques.  

Bon, on respire un bon coup et on ne panique pas ! Tous ces noms, qu’on a du mal à lire, font parfois peur, mais on ne s’inquiète pas tout de suite. Bah oui, les cycles courts peuvent aussi être déclenchés par le stress lorsqu’on change de mode de vie ou qu’il arrive un évènement exceptionnel. Ça arrive souvent à l’adolescence ou à la ménopause sans que ce soit anormal. Si vous utilisez une méthode de contraception, il est normal que cela influence aussi le cycle. Notre article sur le sujet explique ça.

Si vous avez des cycles menstruels courts, ou trop long, des saignements trop abondants et des douleurs anormales, on vous conseille d’aller faire un tour chez votre médecin ou votre gynécologue. S’il pense qu’il y a le moindre problème, il vous prescrira des examens et vous trouverez ensemble ce qui cloche. Et ça vous évitera de stresser sans savoir ce qu’il se passe 🙃.

1 commentaire

Bonjour et merci pour cet article ! mes 3 derniers cycles ont été de 26 et 25 et 26 jours et en regardant une vidéo pour mieux comprendre mon cycle les symptômes physiques et psychique j’ai bien cru avoir un cycle trop court… en mai il a été de 28 jours, puis descente à 24 et remontée à 28.
Ca été une année difficile, perte de mon beau père puis de la grand mère de mon mari, sans parler du fait que je suis en pleine reconversion professionnelle et ai 2 adresses de domicile… est-ce que la durée de mon cycle peut varier aussi avec ces facteurs ? on va démarrer le projet bébé d’ici qq mois alors j’essaie de renouer avec ma féminité, mieux comprendre tout cela pour diminuer au max tout stress inutile. Je déteste aller chez le médecin alors je prends toutes les infos ailleurs dès que j’en ai l’opportunité :D
Merci mille fois pour cet article qui me soulage <3

JULIE ABI-KHALIL 22 septembre 2020

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Gina C'EST PLEINS D'ARTICLES COOLS

MAIS AUSSI DES TAMPONS ET SERVIETTES

EN COTON 100% BIO